Salut à tous,

 

Je sais, les filles cet article s’adresse plus aux messieurs, mais il n’en est pas moins intéressant. Et puis, pas de jaloux, j’en avais fait un plus pour vous les filles il y a quelques temps 😉 1 partout 🙂

Dans cet article, on va voir ensemble en quoi le cancer de la prostate peut-être lié à un mode de vie :

  • Le cancer de la prostate : qu’est ce que c’est
  • Des facteurs alimentaires gênants
  • Les causes
  • L’alimentation et le cancer de la prostate

 

J’ai voulu faire un article sur ce sujet car ce cancer est de plus en plus répandu et on va voir quels sont les facteurs à risques. On va voir comment on peut les limiter ou les supprimer et surtout ce qu’il est important que vous sachiez pour mettre des habitudes saines dans votre vie.

 

Le cancer de la prostate : Qu’est ce que c’est ?

 

Tout d’abord, il faut savoir que c’est le cancer le plus fréquent chez vous Messieurs 😉 devançant le cancer des poumons, c’est plus de 62 000 nouveaux cas par an en France et 10 000 décès. C’est un million de nouveaux cas dans le monde par an.

Il s’agit de cellules cancéreuses au niveau de la prostate. Elles peuvent s’étendre aux organes voisins (rectum, vessie, os).

Les cancers de la prostate sont souvent bien pris en charge et ne posent pas de véritable danger si ils sont bien diagnostiqués à temps. C’est pourquoi, Messieurs, il faut vous faire contrôler, c’est important.

 

Alors, pour commencer quels sont les symptômes qui sont attribués à ce cancer :

 

  • Besoin fréquent d’uriner
  • Incontinence urinaire
  • Difficulté à commencer d’uriner
  • Impossibilité d’uriner
  • douleurs urinaires
  • fréquences excessives
  • Blocage
  • éjaculations douloureuses
  • Troubles érectiles
  • Des douleurs dans le bas du dos, hanches et haut des cuisses

Pour mieux comprendre les incontinences urinaires, je vous mets un lien vers un article intéressant ici

Au niveau du diagnostique l’âge est important. Généralement, ceux sont les hommes de plus de 50 ans qui font l’objet de surveillance.

Le diagnostique se fait de deux façons :

Le toucher rectal : il va permettre au médecin de sentir une grosseur anormale au niveau de la prostate.

La prise de sang : qui mesure le taux de PSA (antigène prostatique), c’est l’augmentation d’une protéine dans le sang. Cependant, ce n’est pas forcément un cas de cancer, cela peut être des troubles de la prostate comme une hypertrophie bénigne ou une inflammation ou encore une infection de la prostate.

 

Donc il est évident qu’il est important de vous faire contrôler au plus tôt car c’est un cancer qui se soigne très bien si il est pris au début.

 

Des facteurs alimentaires gênants :

Les produits laitiers et le cancer de la prostate :

 

On sait depuis un moment déjà et je vous renvoie à mon article sur les dangers du lait, que les produits laitiers sont un facteur à risque au niveau de la santé. Il se trouve que dans le lait se trouve le facteur de croissance IGF-I qui expliquerait le taux élevé de cancer de la prostate lorsqu’on en consomme beaucoup.

Des études scientifiques ont rapporté un lien bien réel entre la consommation de produits laitiers et le cancer de la prostate. Dans les pays où l’on consomme beaucoup de produits laitiers les risques sont beaucoup plus élevés, notamment en Europe du Nord, Amérique du Nord, Australie… Le risque est augmenté de 9% pour le fromage par portion quotidienne de 50 grammes.

Pourquoi ? Hypothèses scientifiques

En premier lieu, l’augmentation du taux de calcium supprimerait la conversion de la vitamine D qui a des effets antiprolifératifs sur les cellules de cancer de la prostate.

Le lait est une source d’œstrogènes associée au cancer de la prostate

L’IGF-1 : facteur de croissance ressemblant à l’insuline. Les produits laitiers favoriseraient ce cancer en agissant sur les IGF

Les chercheurs soutiennent la thèse selon laquelle la consommation plus élevée de lait et de produits laitiers augmenteraient les taux d’IGF-1, qui a son tour augmenterait les risques de cancer de la prostate

 

Les Causes

 

Il faut savoir que ce cancer comme je vous le disais plus haut, et très largement répandu dans nos pays développés. Le principal problème c’est que bien souvent, les médecins et chirurgiens dans nos pays soient disant développés ne font aucune prévention. La médecine en est réduite à faire des diagnostics et à nous faire bouffer des médicaments. De plus, il faut savoir que ces cancers de la prostate font des victimes de plus en plus jeunes.

 

Il y a bien sûr différents cas, mais ce qu’on peut retrouver comme causes, quelque soit l’âge de la victime :

Le tabagisme même si vous avez arrêté depuis longtemps, mais il laisse des traces si vous avez fumé pendant quelques années.

Le surpoids de 10 à 20% de plus par rapport à un poids idéal.

Une alimentation contenant beaucoup de viandes rouges, charcuteries et produits laitiers. Plus du vin dépassant le 1/4 de litre par jour. Certaines habitudes apéritives plusieurs fois par semaine.

Un manque d’activité physique

Parmi les plus jeunes atteints, ce sont les mêmes facteurs risques mais il peut y avoir en plus le dopage chez les bodybuilders notamment tous les produits que l’on peut consommer en musculation.

Il y a aussi les infections ou inflammations de la prostate récurrentes qui vieillissent prématurément celle-ci. Les médicaments anti-inflammatoires que l’on peut prescrire sont inefficaces car n’atteignant pas les tissus prostatiques.

L’alimentation et le cancer de la prostate:

 

Trop grandes quantité de viandes rouges ingérées, charcuteries (plusieurs fois par semaine)

Trop de produits laitiers de vache (beurre, yaourts, fromages, crèmes, bol de lait (UHT)) contenant les facteurs de croissance pour les veaux et non les humains. Autrefois on faisait bouillir le lait, on savait qu’on le stérilisait ainsi mais on ne savait pas qu’on détruisait pratiquement tous les facteurs de croissance qui ne nous sont pas destinés. Aujourd’hui l’industrie laitière s’est simplifiée la vie en stérilisant à haute température (UHT) mais les facteurs de croissance n’ont pas le temps d’être neutralisés, ainsi on en consomme dans chaque produit laitier.

Les industries du lait cachent cela sous des soi-disant bienfaits comme la prévention de l’ostéoporose, du diabète…Toutes ces allégations sont bien entendu fausses.

Trop de boissons sucrées qui font trop travailler le pancréas

La cuisson des aliments trop longue à de trop hautes températures transformant les sucres complexes en sucres simples se stockant directement en gras cancérigène, comme les graisses animales ou végétales

L’excès d’alcool, vins en trop grande quantité ou alcool fort. Il faut se limiter à un verre de vin par repas et un alcool fort par mois et oui c’est pas beaucoup 🙁

Le tabagisme ou les pollutions de l’environnement

Le stress en règle générale mais des situations de stress aigu peuvent déclencher un cancer.

 

N’hésitez pas à partager largement cet article à vos amis et mêmes à leurs femmes car il est important de savoir les facteurs de risques pour non pas diagnostiquer mais bien prévenir les risques de cancer de la prostate.

Vous pouvez déjà évaluer votre risque en effectuant ce questionnaire ici.

 

 

 

D’autres troubles liés à la prostate :

 

L’hypertrophie bénigne de la prostate : souvent à partir de 50 ans la prostate d’un homme peut grossir entraînant parfois des difficultés à uriner. Il est associé à ce trouble des dysfonctionnements érectiles et troubles d’éjaculation soit par le volume soit par une douleur. Les troubles urinaires sont plus fréquents en cas de troubles de l’érection. Aussi si les troubles urinaires sont importants, plus la baisse de l’activité sexuelle est importante.

La prostatite (inflammation de la prostate) : à n’importe que âge, causée par une infection. Elles sont plus courantes entre 30 et 50 ans. L’inflammation est responsable de troubles génito-urinaires souvent gênants, parfois invalidants. Elles sont responsables, si elles deviennent chroniques, d’une altération de la vie quotidienne (difficultés à rester assis longtemps, à faire une activité physique…) et /ou sexuelle. La douleur causée par l’éjaculation est une des causes à l’origine d’un évitement des rapports sexuels. Les difficultés orgasmiques, du désir et de l’érection dépendent de la sévérité et de la durée des douleurs. Ne pas négliger l’ampleur psychologique sur ce trouble.

Recevez 3 vidéos privées OFFERTES sur la santé et l’alimentation

 En espérant, Messieurs que cet article vous sera utile 🙂

Bonne santé à tous

Flo